CONFRERIE NOTRE DAME DU SUFFRAGE

Publié le 8 Novembre 2010

confrérie de Notre Dame Du  Suffrage de Saint Jacques D'Abbeville

année 18.. ?

ancienne ou nouvelle église?


Une autre confrérie existait en  1643 en l'ancienne église  Saint Jacques d'Abbeville  (instituée à la suite d'une mission).Elle se nommait " congrégation des Soeurs de Notre Dame de Consolation"

 

confrérie église Saint Jacques-copie-1

bibliothèque municipale Abbeville

 

merci de votre visite

 

Rédigé par collectif Saint Jacques

Publié dans #HISTOIRE DE L'EGLISE ST JACQUES ET DE SON QUARTIER

Repost 0
Commenter cet article

Jean DUCROS 10/11/2010 21:06



J'ai oublié de vous poser la question : " Que sait-on de cette N.-D. du Suffrage ?" L'appellation est assez étrange à notre époque. Il est probable que le mot
suffrage corresponde à un usage ancien que Littré signale dans son dictionnaire :  "Suffrages des saints : Prières que les saints
font à Dieu en faveur de ceux qui les invoquent." (En ce cas le mot est généralement au pluriel) Cela correspondrait à Notre-Dame de l'Intercession.


Mais, le fait que suffrage soit au singulier et qu'il y ait eu une confrérie de N.-D. du Suffrage de Saint-Jacques, nous porterait vers une autre interprétation. Littré - encore lui - indique : "
Menus suffrages : Courtes oraisons surérogatives que les moines ou quelques gens dévots récitent à la fin de l'office en commémoration des saints"
Pour ma part, je propose d'admettre que les paroisses d'Abbeville et, peut-être même celles du diocèse, comptaient, comme le dit l'auteur du dictionnaire, "quelques gens dévots" qui après les
messes se réunissaient pour dire une prière à la Vierge Marie. Cet acte de piété n'avait rien d'obligatoire pour l'ensemble des fidèles et était accompli (plus ou moins en leurs noms) par les
membres de la confrérie. Qu'il y ait eu un brevet de membre de la confrérie de Saint-Jacques fait supposer qu'il y avait d'autres confréries sous l'invocation de N.-D. du Suffrage et que cette
sorte de lettre de mission que vous avez reproduite autorisait le titulaire, quand elle portait le nom d'un membre de la confrérie, à se joindre dans les autres églises, s'il s'y trouvait pour
assister à un office, aux fidèles de la confrérie de N.-D. du Suffrage de cette autre église lorsqu'ils complétaient la cérémonie par d'autres prières. Il ne me vient plus en mémoire de quand
date la prière "Souvenez-vous, bienheureuse Vierge Marie,..." mais on peut admettre que ce soit une telle oraison qui ait été adoptée. Dans le diocèse de Chartres, il est habituel de prolonger
les messes par une prière à N.-D., suivie d'une triple invocation à N.-D. de Chartres.


Si les habitudes ont été ce que je viens d'indiquer, l'image de l'autel de N.-D. pourrait bien ne pas être aucun autel de l'église Saint-Jacques, mais un autel symbolique dédié à la Vierge. Il
semble bien que l'inscription "Confrérie de Notre-Dame du Suffrage de Saint-Jacques / d'Abbeville" ait fait l'objet d'une surimpression sur un type de brevet qui devait être utilisé dans tout le
diocèse.


Après la proclamation du dogme de l'Immaculée-Conception en 1854, les évèques ont recommandé les actes de piété mariale et la confrérie de N.-D. du Suffrage date vraisemblablement des années qui
suivirent. Ce qui confirmerait mon opinion que cette lithographie, imprimée à Amiens, date de la seconde moitiè du XIXe siècle. La confrérie a dû se renforcer lors de l'intensification du culte
marial, après la guerre de 1870. On peut, pour soutenir cette affirmation, indiquer que la première basilique de Lourdes date de 1876. Voilà qui nous rapproche de l'histoire de Saint-Jacques
d'Abbeville (1875) !


P/S : Il me semble que l'on ne peut établir de parallèle entre la Confrérie de N.-D. du Suffrage et la Congrégation des Soeurs de N.-D. de la Consolation. Normalement une confrérie réunissait des
laïques et une congrégation des personnes consacrées (hommes ou femmes). Cependant, il se pourrait que dans les usages locaux les deux termes aient été synonymes; Et aussi, que si les soeurs de
N.-D. de la Consolation étaient toujours installées à Abbeville au XIXe siècle qu'elles aient pris part aux prières de la confrérie.



Jean DUCROS 10/11/2010 13:11



Cette image, que je n'ai pas encore pu examiner en détail, ne nous nous apprend pas seulement l'existence de la confrérie de N.-D. du Suffrage de St Jacques d'Abbeville, mais que l'autel de la
chapelle consacrée à la vénération de N.-D. du Suffrage était un autel " privilégié ". Un certain nombre d'édifices religieux obtinrent des autorités religieuses que des autels y bénéficient d'un
" privilège " ; c'est-à-dire que les messes célébrées sur ces autels transmettaient - à certaines conditions indiquées sur la cédule affichée dans leur voisinage immédiat - des avantages
spirituels au célébrant et aux assistants, quelquefois aussi des effets particuliers de la protection divine pour les actes de piété accomplis devant les reliques ou les marques miraculeuses dont
ces autels étaient porteurs.


Les lettres d'attribution du "privilège" accordé à un autel restaient normalement aux archives diocésaines. Il faudrait vérifier, ce que je regrette de ne pouvoir faire actuellement, si les
privilèges pouvaient être accordés par la chancellerie du diocèse ou si la chancellerie n'avait qu'un rôle d'enregistrement de la décision prise par le Saint-Siège. J'ai un vague souvenir
d'autels privilégiés, vus au cours de visites d'église, dont les reliques avaient été offertes par tel ou tel pape pour favoriser la piété des fidèles ou pour récompenser des signes exceptionnels
de dévotion.


D'autre part, le certificat reproduit est une épreuve lithographique tirée dans une imprimerie d'Amiens d'après le dessin d'un artiste dont le nom figure en bas à droite de la représentation de
l'autel que surmonte la statue de N.-D. du Suffrage de St Jacques d'Abbeville. Le style de ce document est typiquement de la seconde moitié du XIXe siècle ; la date incomplète inscrite au bas, au
dessus de la signature commence par les chiffres 18 qui correspond nécessairement à la période d'activité de l'imprimerie amiénoise dont le nom figure à gauche sous l'image. Une recherche dans
les archives d'Amiens permettrait probablement de savoir les dates d'activité de cette imprimerie ; en outre, les dates d'activité de l'artiste compléteraient utilement la datation du document
que vous avez reproduit.


La question que vous vous posez : "Ancienne ou nouvelle église St Jacques ?" est judicieuse. Certains vous affirmerons, avec de grandes chances d'être dans le vrai, qu'il s'agit de l'église
actuelle. Cependant, si l'impression du document est grosso modo postérieure à 1840 (la lithographie est rarement utilisée en France avant 1827-28), on ne peut - sans vérification -
affirmer que le dessin n'est pas antérieur ; pour cela il faudrait comparer la vue lithographiée et l'autel de N.-D. du Suffrage de l'église actuelle. je serais fort étonné que ce soit une vue de
l'ancienne église mais on ne peut éviter de faire les recherches qui démontreront sans équivoque qu'il s'agit bien de l'église construite au XIXe siècle.


Je ne peux vous en dire plus pour aujourd'hui et vous souhaite une heureuse continuation dans vos actions en faveur de St  Jacques d'Abbeville.



escargotine 09/11/2010 21:11



merci du partage - bonne soirée fleurie - biz