ENGAGEMENT TOTAL

Publié le 3 Décembre 2010

Sabine, restauratrice en peinture murale et bois polychrome, me  fait parvenir ceci:

 

"Peut-être pourriez-vous aussi parler de ce maire celui de Courcelles (45), totalement engagé, lui pour son patrimoine communal,et qui s'est battu

durant des années pour réhabiliter son église, puis restaurer sa chapelle, son lavoir... et il continue encore puisqu'il vient de me solliciter pour étudier tabernacles, retable etc..."

 


saluons l'engagement de ce maire pour son patrimoine

et le magnifique travail de Sabine

je vous laisse admirer

voici le lien


  link

 

merci de votre visite

Rédigé par collectif Saint Jacques

Publié dans #DIVERS

Repost 0
Commenter cet article

sabine 03/12/2010 21:59



Merci Stef, je ne fais que mon travail, guidée par ma passion et l'amour que j'ai de ma belle contrée qu'est la France, pays d'art et d'histoire... Je pense effectivement, surtout en apprenant
qu'il n'en est pas à son coup d'essai en matière de sabotage culturel, que vous avez tiré le mauvais numéro aux élections... je le regrette pour vous.


Jean, je suis entièrement de votre avis, et je me bats d'ailleurs souvent avec mes pairs sur ce sujet. Il est pourtant évident que chaque époque de notre histoire a ses mérites culturels, et le
néogothique, lorsqu'il n'est pas trop lourd, est un style tout-à-fait admirable. C'est le cas de cette belle église: proportions, légèreté des ornements, pas de surcharge architecturale... 


Il faut donc continuer à se mobiliser pour sa sauvegarde.


 


 


 



stef 03/12/2010 20:48



bonsoir


bravo à sabine pour son travail de restauration,que de patience et de talent!et bravo à ce maire qui a compris qu'un heritage se respecte,pourrait il se porter maire à abbeville aux prochaines
elections municipales?ça changerait du maire actuel qui lui detruit toute notre histoire en commençant par la sucrerie,en continuant avec st jacques et quel monument sera sa prochaine
victime?bonne soirée



Jean DUCROS 03/12/2010 17:44



Erreur en deçà de la Somme, Vérité au-delà... (Version contemporaine de "Vérité en deçà des Pyrénées, Erreur au-delà !)


La seule excuse - si l'on veut absolument en trouver une - est que beaucoup de nos contemporains ne se sont pas encore faits à l'idée que la seconde moitié du XIXe siècle appartient à l'Histoire
et qu'il faut changer de lunettes pour en considérer les traits caractéristiques.