L'EGLISE SAINT JACQUES SECURISEE AVEC DE LA TOLE

Publié le 20 Janvier 2011

hier  Radio  France Bleu Picardie était à Abbeville toute la journée. Lors d'un interview M.le Maire a annoncé son intention de recouvrir le trou béant avec des" tôles".


Et qu'en est-il des vitraux vandalisés en mars/avril 2010?


 Pourquoi avoir tant attendu?


Un petit pas est franchi mais le DANGER est de laisser l'église agoniser sur place car le Maire ne s'est pas prononcé sur la sauvegarde ni sur la destruction de l'édifice.

Restons très vigilants car ce patrimoine est notre avenir.

 

Collectif Saint Jacques

 

 

débat sur l'église Saint Jacques hier organisé pa France Bleu Picardie

 

 

 


 

 

article de presse  " Courrier Picard" ce jour

 

article Courrier Picard 20 janvier 2011

 

merci de votre visite

 

 

 


Rédigé par collectif Saint Jacques

Repost 0
Commenter cet article

stef 22/01/2011 10:44



en tant que mere de famille (pour commenter celui qui se situe en tant que pere de famille) je trouve le patrimoine plus important que les ecoles (qui à part une ou 2 qui ont été recemment
refaites ou sont en cours de travaux,sont tres bien sur abbeville,il faudrait aller voir dans les campagnes l'etat des ecoles!à coté nous c'est luxueux!).comment apprendre la vie presente à nos
enfants en effaçant le passé,en effaçant ces gens qui se sont battus,qui sont mort pour que abbeville soit ce qu'il est aujourd'hui.on devient un adulte à travers l'histoire de sa famille mais
aussi de l'histoire de sa ville.


j'avais entendu le maire parler le matin à la radio,avec un cout de restauration  plus bas que 10 millions,le soir ces chiffres sont bizarrement remontés.à quand les vrais couts des
travaux?à abbeville,il y a une eglise protestante ,un temple des temoins de jehova,pourquoi raser une eglise sous pretexte que personne ne va prier?et ceux qui comme moi aiment les vieilles
pierres,l'histoire de leur ville,et les touristes qui viennent decouvrir la ville,ils ne viennent pas pour le centre ville moderne,ça on en a partout,mais pour ce qu'ils n'ont pas chez eux,comme
une eglise dans un quartier atypique de la ville,resté ancien,avec ses petites rues.


en tout cas depuis 1 an et demi qu'elle doit nous tomber sur la tete,là on ne parle plus du danger mais du cout.les toles c'est dejà un bon debut,enfin j'y croirais quand je les verrais,il y a un
an,elle devait etre detruite,aujourd'hui elle est toujours là et la toiture va etre couverte.il va encore falloir se battre,mais on y arrivera.



ESCARGOTINE 20/01/2011 23:45



bonne fin de semaine - biz



Jean DUCROS 20/01/2011 21:12



Plusieurs remarques après avoir écouté de débat diffusé par France bleue Picardie : On parle d'un débours de 10 M€, mais tout d'abord, si l'on avait pas laissé le monument se dégrader, l'addition
ne serait pas la même ! ll reste à déterminer qui est responsable de l'aggravation de l'état de ce monument. Ensuite, on observe que l'église n'étant pas classé Monument historique, on ne peut
obtenir de subvention à ce titre, mais avait-on bien fait, avant que Saint-Jacques en arrive là, les démarches nécessaires pour obtenir au moins une inscription à l'inventaire supplémentaire des
M.H.? Qui donc est resté inerte ? N'était-ce pas déjà la mairie qui était propriétaire ? Elle doit l'être depuis 1905, sauf erreur. Si elle a fait des démarches - et cela reste à vérifier -
quelles ont été les causes de leur échec ?


  Quant à la comparaison entre la restauration de l'église (qui pourrait s'échelonner sur plusieurs années) et la construction d'une école qui nécessairement doit s'opérer à un autre rythme
beaucoup plus rapide, on pourrait penser que l'argument est démagogique. Si la volonté de construire une école était au programme de la ville d'Abbeville, a-t-elle déjà engagé les démarches pour
que les postes budgétaires des futurs enseignants puissent être inscrits dans les prévisions financières ? Ce n'est pas du jour au lendemain que l'on ouvre des  dossiers de création de
postes pour des personnels d'éducation, surtout maintenant. il faut parfois des années pour en préparer l'aboutissement. L'a-t-on seulement envisagé et inscrit à un plan d'avenir ?


Quant à la démolition de la regrettée brasserie qui avait abrité les Abbevillois des bombardements, avait-elle des orgues comparable à celles de Saint-Jacques, avait-elle des décors de quelque
mérite ? L'édifice avait-il quelque autre intérêt sur le plan architectural ? Et dans quel état était-il pour qu'on l'ait supprimé ? De toute façon c'était une propriété privée et la ville l'a
sans doute acquise à fin de démolition, car on voit mal une ville posséder ce genre d'établissement comme immeuble à usage collectif. Acheter un bien pour pouvoir le démolir, ce n'est pas comme
laisser dépérir un immeuble communal pour avoir l'argument d'être dans la nécessité de le retirer du patrimoine immobilier de la ville.


Sans doute des Abbevillois se sont-ils réfugié dans les caves de la brasserie pour ne pas périr sous les obus ou les bombes, mais n'ont-ils pas eu de lueur d'espérance à voir que l'église
Saint-Jacques avait échappé à la destruction ? N'avaient-ils aucun souvenir des circonstances où cette église avait vu des Abbevillois dans la joie autour de petits enfants portés par leur
famille, ou autour d'adolescents entrant dans un âge de maturité, ou autour de jeunes gens prenant la relève des familles déchirées par la catastrophe de la Première Guerre mondiale ? Aucun
d'entre eux n'avait-il accompagné à Saint-Jacques le cercueil d'un être cher ou d'un ami ? Aucun d'entre eux n'a-t-il, après les épreuves de la Seconde Guerre mondiale, retrouvé, sinon dans
l'église elle-même mais autour d'elle, l'animation que causent les évènements de la vie ?


Et, indépendamment de tout ce passé et de l'intérêt du monument, je n'ai pas eu l'impression que son inscription dans le paysage d'Abbeville ait bien été pris en compte. Savez-vous la qualité
qu'un monument confère à un site... ça compte beaucoup. Ainsi, je ne connais pas beaucoup de basiliques dont les formes soient aussi discutables que celles de la basilique lyonnaise de Fourvière,
mais essayez de supprimer " cet éléphant couché sur le dos " de sa colline dominant Lyon... et Lyon ne sera plus Lyon !


Pour en revenir à la question d'argent, a-t-on pensé à une souscription publique, voire internationale ? Ne serait-ce que pour mettre l'édifice hors d'eau ? Si j'étais élu d'Abbeville, il y a
longtemps que je me serais dépêché de porter de premiers soins à la toiture pour pouvoir lancer décemment un appel à des aides privées.


 


 



sabine de F. 20/01/2011 19:17



Attention, monsieur le maire, à effectivement écouter la population, voyez l'exemple ici en Touraine avec la femme-Loire...