LA RUMEUR

Publié le 7 Octobre 2010

qu'est ce qu'une rumeur?

 

Une rumeur est  soit un bruit confus de voix ou une nouvelle qui se répand dans le public ( dictionnaire Larousse)Dans le cas qui nous interresse, la rumeur on ne sait qui l'a mise en route.Tout ce que l'on sait c'est qu'elle circulait sur Abbeville avant d'enfler et accuser l'un ou l'autre serait illusoire.Elle peut venir de partout, aller loin , être vrai ou fausse mais ne sera jamais vérifiable.

 


A propos de la page facebook: ce sont des personnes toutes différentes,de toutes religions,de pays ou de villes pas forcément près de chez nous mais qui toutes défendent une cause qui leur semble juste:  la défense de l'église Saint Jacques.Elles n'habitent pas forcément à Abbeville mais ont la même envie que les Abbevillois de voir l'église sauvée .Parler d'elles en mentionnant le FN dans un article est indélicat voire offensant.

 

 

 

 

gargouille

 

merci de votre visite

Rédigé par collectif Saint Jacques

Publié dans #DIVERS

Repost 0
Commenter cet article

Jean DUCROS 08/10/2010 10:56



Excusez-moi d'avoir écrit trop vite hier soir et d'avoir mal orthographié le nom des architectes qui s'appelaient, comme vous le savez - Delefortrie et non, comme je les ai nommés par erreur,
Delafortie. Il est vrai - sans essayer de me disculper - que j'ai repéré des orthographes différentes à la bonne, en particulier à propos d'un édifice religieux situé à Noyon (qui a été victime
des démolisseurs, si j'en crois mes informations) dont les sculptures étaient signées de Hesse. Je vais rechercher ce que l'on connaît de ce sculpteur qui a peut-être aussi travaillé pour
l'église Saint-Jacques. Si de votre côté vous avez des informations à son propos, je serais heureux d'en avoir communication. Merci d'avance et très bonne fin de semaine à vous et à tous les
visiteurs de votre site.



Jean DUCROS 07/10/2010 23:04



Les architectes de l'église Saint-Jacques d'Amiens méritent plus d'attention que celle qui leur est accordée à travers des reproches, sans doute plus destinés  à déprécier le monument
religieux pour lequel beaucoup se passionnent que pour contribuer à sa sauvegarde. Or, ces architectes avaient une agence importante où ont été établis les plans d'édifices remarquables. L'un
d'eux est mondialement connu, le Musée océanographique de Monaco. La famille Grimaldi fit en effet plusieurs fois appel à l'agence d'architecture Delafortie dont la qualité et la réputation était
considérable.


C'est pour cela que les archives départementales de la Somme ont acquis un fonds important de documents provenant des Delafortie. Malheureusement, il ne s'y trouve que deux dessins correspondant
à l'église Saint-Jacques, l'un montre un confessionnal et l'autre la chaire. Certains s'étonneront que ces éléments mobiliers aient été élaborés par l'architecte, or, non seulement ils étaient
immeubles par destination, mais ils correspondent au grand souci qu'avaient les architectes de la seconde moitié du XIXe siècle de concevoir non seulement la partie immeuble des édifices dont ils
dressaient les plans, mais aussi leur décoration.


A ce titre Saint-Jacques d'Abbeville est un exemple important de l'art de bâtir tel que l'exerçaient les architectes au temps du Second Empire et sous la IIIe République. Un de ces maîtres, le
fameux Charles Garnier, architecte de l'Opéra de Paris, avait cette même passion de l'oeuvre intégrale ; on sait qu'il concevait lui-même les décors intérieurs des immeubles qu'il édifiait.


Si l'on se situe à l'époque, on constate que l'Opéra de Paris a été inauguré un an avant la consécration de l'église Saint-Jacques d'Abbeville. Les années 1875-1876 ont réellement marqué un
accomplissement de l'architecture française. Il n'y a aucune fantaisie à rapprocher Garnier et Delafortie puisque c'est aussi Garnier qui a eu la commande de l'Opéra de Monte-Carlo. Abbeville
devrait donc reconnaître dans son église Saint-Jacques, survivante des destructions de la guerre, un monument particulièrement significatif de la seconde moitié du XIXe siècle.


Ce n'est pas tout, cet édifice auquel certains reprochent son style néogothique est comme quelques autres de son époque, le témoin de l'immense travail des architectes de ce temps pour parvenir,
à force d'études méticuleuses, à codifier les règles architecturales médiévales. De même que, pendant près d'un siècle (du règne de Louis XIV à celui de Louis XVI), les architectes de l'académie
royale d'architecture avaient - non moins méticuleusement - dégagé les règles de l'architecture classique, il y eut au siècle suivant de grands théoriciens pour étudier les édifices médiévaux et
les imiter.



collectif Saint Jacques 08/10/2010 09:47



Bonjour et merci pour votre commentaire très instructif  Je vais essayer de trouver plus sur l'histoire de l'église  Bonne journée