SACREMENT DE CONFIRMATION : en l'église Saint Jacques

Publié le 28 Novembre 2010

18 juin1954

 

La cérémonie des communions solonnelles ayant eu lieu dans diverses paroisses de la ville et de ses faubourgs , de même que dans de nombreuses communes de l'arrondissement. Monseigneur Stourm, évêque d'Amiens, est venu lundi à Abbeville pour donner le sacrement de confirmation. Dans l'église Saint Jacques, trop petite pour contenir la foule de parents et d'amis, l'évêque du diocèse qui était accompagné de Mr le Chanoine du Roselle, archiprêtre et de ses membre du clergé exprima sa satisfaction de se  trouver dans notre ville, dans cette église en voie de restauration.

Archives bibliothèque municipale 'Abbeville- journal d'Abbeville


l'abbé de l'église Saint Jacques en 1954

était  M.Savary Georges


 

Monseigneur Stourm 1960

Mgr Stourm ( 1960)


photo aimablement prêtée par l'auteur

  du blog "Camon passionnément"

 

link 

 

 

Si, par le plus grand des hasards, vous auriez une photo de cet événement, voudriez-vous m'envoyer une copie?Je pourrai ainsi compléter cet article. Avec les remerciements du collectif

 

merci de votre visite

 

Rédigé par collectif Saint Jacques

Publié dans #VIE AUTOUR DE L'EGLISE SAINT JACQUES

Repost 0
Commenter cet article

Jean DUCROS 30/11/2010 11:39



Ce que vous me faîtes savoir de l'absence de "dommages de guerre" à Abbeville est stupéfiant. Si j'étais encore dans un état de santé qui me permettrait de faire des recherches soit à l'Assemblée
nationale, soit aux Archives nationales, j'aimerais trouver les causes de cet injustice.



Jean DUCROS 29/11/2010 22:08



Je suppose qu'au lendemain de la guerre on n'avait pu réaliser que les travaux absolument nécessaires et qu'il fallait les compléter ou même les refaire. Beaucoup d'églises de France avaient
passé la guerre avec des appareils de chauffage adaptés au bois (même à la sciure de bois) ou à des charbons de mauvaise qualité que l'on brûlait dans des poëles dont on avait parfois passé les
tuyaux d'évacuation de la fumée au travers des verrières, quelquefois en déposant des vitraux anciens pour pouvoir évacuer la fumée. Nombre d'églises, sans avoir été dans la zone de violents
combats, ont eu besoin d'être dotées, après la guerre, d'installations de chauffage qui ont, d'une part, coûté très cher (pour l'époque) et d'autre part causé une suspension du culte pendant les
travaux.
Les bombes qui sont tombées à proximité de l'église avaient certainement causé des dégâts aux verrières ; les travaux conduits juste après la guerre n'ont sans doute pas permis de tout réparer.
J'ai connu des églises qui à cette époque recevaient comme une offrande précieuse des plaques de contreplaqué, car il fallut alors un certain temps pour pouvoir acquérir - au prix fort - de tels
panneaux pour colmater des ouvertures rendues béantes.


Pour ce qui est de l'effet des bombes et des obus -lorsqu'il y eut des combats terrestres-, la vibration et le souffle des explosions faisaient éclater les carreaux des fenêtres. C'est pourquoi
on collait dans les maisons des bandes de papier en croisillons sur les carreaux des fenêtres, ne serait-ce que pour réduire la dégringolade de morceaux de verre ou leur envol au travers des
pièces. Cela n'était guère possible pour les verrières des églises. Chez beaucoup de gens, quand les alertes sonnaient à temps,  pour éviter de rester sans vitres aux fenêtres (car le verre
à vitre était lui-même une denrée rare), on ouvrait aussitôt les fenêtres derrière les volets fermés pour éviter de se retrouver en plein air les jors suivants.


Il est donc très probable que l'église Saint-Jacques-la-rescapée avait encore besoin de travaux réparateurs dix ans plus tard.


Normalement, cela a été discuté au Conseil municipal et la consultation des registres des délibérations devrait permettre d'être mieux informé. De plus, l'architecte de l'époque a dû donner des
avis, sinon des plans pour les travaux de restauration. Les dossiers correspondants sont peut-être encore en mairie, des appels d'offre ont, sans doute été lancés pour l'exécution des travaux.
Toutes ces procédures laissent normalement des traces dans les archives. Légalement les appels d'offre doivent être publiés. Des subventions furent accordées pour la réalisation de travaux de
réparation ou de construction nécessités par les destructions de la guerre. On les appelaient les indemnités pour "dommages de guerre", versées au titre de la Reconstruction. La ville d'Abbeville
en a certainement perçu ; cela aussi laisse des traces d'archives, mais elles sont probablement déposées aux archives départementales de la Somme.



collectif Saint Jacques 29/11/2010 22:53



bonsoir M.Ducros, je pense pouvoir trouver aux archives d'Abbeville  il doit y avoir des traces car l'article est daté de 1954.Peut-être des suites de dégât de guerre En 1942 une bombe est
tombée exactement là où est le trou  sur le toit.Les vitraux ont explosés.Le quartier Saint Jacques a été touché pendant la guerre 39/45 mais moins que le centre de la ville qui a été
détruit à plus de80°/° Pour les dommages de guerre la ville d'Abbeville n'en a pas eu et les habitants d'Abbeville ont reconstruit avec les pierres tombées.Peut-être par la suite ,beaucoup plus
tard y a t-il eu des aides cela je ne sais pas Bonne nuit à vous



stef 29/11/2010 19:28



bonsoir,pourquoi l'eglise etait elle en voie de restauration?bonne soirée



collectif Saint Jacques 29/11/2010 20:37



bonsoir Stef je ne sais pas j'ai pris cet article quand j'ai fais mes recherches aux archives d'Abbeville et je vais y retourner car il faut que je trouve pourquoi elle était en voie de
restauration en 1954Bonne soirée à vous il fait froid brrrr. A bientôt



Jean DUCROS 28/11/2010 21:18



Bonne semaine, espérons qu'elle sera moins triste et moins froide. Peut-être faudrait-il mettre un cierge devant la statue de saint Jacques



Jean DUCROS 28/11/2010 19:36



Excusez, je vous prie' la rédaction hative de mon précédent commentaire : il fallait dire : " Ainsi apprend-on grâce à votre dernière publication qu'il y avait un projet de restauration de
l'église Saint-Jacques. A-t-elle été restaurée en 1954 ?...



collectif Saint Jacques 28/11/2010 20:09



bonsoir M.Ducros, j'y ai pensé il faudra que je retourne aux archives cela est interressant de savoir  Je note  Bonne soirée à vous