SURPRENANTE CAGE D'AUTREFOIS

Publié le 16 Janvier 2011

Une dernière petite trouvaille...

 

 

une drôle et surprenante  cage d'autrefois.


Il n'y a pas de date sur le dessin Cette cage , placée sur la place Saint Pierre à Abbeville près du corps de garde, était  destinée à enfermer les filles publiques. On pouvait la faire tourner

 

cage

bibliothèque municipale d'Abbeville

Pourquoi enfermait-on ces pauvres filles publiques dans cette cage?je suppose que c'était à la vue des habitants et que ceux-ci pouvaient faire tourner la cage.Ces filles étaient -elles interdites à Abbeville? La ville étant très religieuse et peut-être aussi militaire puisqu'on parle d'un corps de garde on peut penser cela ait posé problème.Peut-être avez-vous la réponse?

 

merci de votre visite

Rédigé par collectif Saint Jacques

Publié dans #DIVERS

Repost 0
Commenter cet article

Jean DUCROS 18/01/2011 21:38



Bonsoir,


Le dessin est donc une copie (mise au carreau) d'un original que l'on a peu de chaces de retrouver.



ESCARGOTINE 18/01/2011 19:38



pas très confortable en effet - bonne soirée fleurie - biz



Jean DUCROS 18/01/2011 18:37



Il était assez courant - au cours de la période médiévale - d'exposer dans un lieu public très fréquenté les personnes ayant enfreint les règles et les lois. Tout le monde sait ce qu'était le
pilori. Il n'est pas à exclure que des femmes de mauvaise vie aient été présentées en cage, pour leur honte et pour provoquer la crainte à celles qui auraient été tentées de "jeter leur bonnêt
par dessus les moulins".


Néanmoins, il faut être très prudent avant de reconnaître un témoignage dans ce dessin dont la date nous reste inconnue. Pour la déterminer, il faudrait dans un premier temps examiner le papier
sur lequel il a été tracé, reconnaître si ce papier porte un filigrane et voir - si filigrane il y a - de quel moulin à papier, français, espagnol ou hollandais il provient. Les dates d'activité
de certains moulins sont connues des spécialistes, des ouvrages ont été publiés pour indiquer ce genre d'informations. Une fois la date du papier connue, on pourra affirmer que le dessin est lui
est soit contemporain, soit postérieur.


Cependant, ce dessin peut être la copie d'un document antérieur ou être une oeuvre d'imagination, ou encore une illustration pour un conte ou un on-dit.
Pas facile à résoudre le problème ! Pour juger si le dessin est un document fiable, on peut commenter s'il présente des détails qui confirmeraient ou infirmerait la thèse d'une cage
d'humiliation.


J'observe qu'il n'y a pas de porte à cette cage. Comment y aurait-on fait entrer une femme ? Si c'était un document fait sur le motif, le dessinateur aurait certainement indiqué comment la cage
pouvait être ouverte ou fermée. Si c'était un dessin pour illustrer un fait précis, il y aurait certainement une forme humaine à l'intérieur et peut-être une autre à l'extérieur pour montrer
comment on faisait tourner la cage.


Le commentaire qui accompagne ce dessin pourrait bien avoir été produit par un fantasme, soit de celui qui a conçu le dessin, soit d'une personne qui s'est amusée à imaginer un usage plutôt
pervers pour une cage dont l'usage lui était inconnu.


Jusqu'à ce que l'on découvre une relation crédible de l'exposition d'une femme à la vue des passant dans une cage tournante aux abords de l'église saint-Pierre d'Abbeville, je reste sceptique et
je doute que la légende indiquée corresponde à un fait réel.



collectif Saint Jacques 18/01/2011 21:13



bonsoir M. Ducros


 merci pour toutes ces précisions Cela n'apparait pas sur le blog mais sur l'image que j'ai , dans le fond jaune on voit des traits, la feuille a donc été quadrillée pour dessiner .tout en
bas de l'image il est écrit  " d'après un dessin communiqué par M.Edmond Pannier"  Réel ou imaginaire? Bonne soirée à vous